La Cour européenne des Droits de l’Homme au secours du cannabis thérapeutique

L’usage thérapeutique‬ du cannabis‬ n’est pas un acte délinquant, et la justice doit le reconnaitre immédiatement. Faute de reconnaissance par la justice française, c’est la Cour européenne des droits de l’Homme qui devra statuer sur la criminalisation des usagers de cannabis pour qui le cannabis a des effets médicaux.

UFCMlogoC’est l’idée que s’est fixée en tête Bertrand Rambaud, infecté par les virus du VIH et de l’hépatite C depuis plus de vingt ans et président de l’association UFCM-ICare lorsque, le 1er avril 2014, il est arrêté dans une rue de sa ville en possession de fleurs de chanvre, le traitement qui lui est prescrit depuis une quinzaine d’années pour atténuer les effets secondaires de sa trithérapie.

BR-UFCMCondamné une première fois le 16 juin avec une dispense de peine (fait rare) par le tribunal de Strasbourg, le verdict est confirmé en appel à Colmar le 10 septembre dernier. L’UFCM, Bertrand Rambaud et ses avocats se sont pourvus en cassation, et comptent bien épuiser tous les recours juridiques en France, afin de pouvoir aller devant les instances européennes (Cour européenne des Droits de l’Homme), instance détachée des conservatismes et présupposés moraux propres à la France, afin d’obtenir enfin l’urgent changement de statut dont les milliers d’usagers de cannabis médical français ont besoin.

1 commentaire

Flux Rss

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *