Chanvre et médecine

Cannabis Médical

Menu de la page :

Potentiel médical des phytocannabinnoïdes (PCB)

Le chanvre (Cannabis sativa L.) contient plus de 200 principes actifs (cannabinoïdes, terpènes, flavonoïdes) qui interagissent sur l’organisme, via le système endocannabinoide et de nombreux autres systèmes de neuro-transmission.

pcb-indications

Consultez le large spectre d’indications thérapeutique des phytocannabinoïdes (THC exclu)

Les propriétés médicinales du chanvre ont êté négligées pendant de nombreuses années alors que nous disposions pourtant d’archives historiques fournies sur l’usage médical de cette plante. Si le Tétrahydrocannabinol (THC) est étudié depuis sa découverte en 1964, le cannabidiol (CBD) pourtant identifié à la même époque et les autres cannabinoïdes intéressent seulement les chercheurs depuis une décennie. Ce regain d’intérêt de la part des scientifiques est sans nul doute consécutif à la découverte du système endocannabinoïde. Ce système original fonctionne de manière très ciblée (à la demande) et il est présent dans tous les tissus de l’organisme (os, muscles, organes…) et pas uniquement dans le cerveau, ce qui ouvre la voie à une nouvelle classe médicamenteuse aux indications multiples. 

Le champ d’application des PCB et des dérivés de synthèse est actuellement en train de s’étendre considérablement.  Les chercheurs ont observé des actions pharmacologiques spécifiques à certains cannabinoïdes et d’autres communes à l’ensemble des cannabinoïdes, à des degrés divers: c’est le cas par exemple de leur pouvoir antioxydant et neuroprotecteur qui suscite des attentes légitimes dans le cadre des maladies neurodégénératives, au vu des premiers résultats expérimentaux, comme dans la maladie d’Alzheimer par exemple (inhibition de l’acétylcholine estérase par le THC et régression des plaques béta-amyloïdes in vitro) ou dans la maladie de Parkinson. C’est également le cas de leur pouvoir antibiotique (CBD bactéricide sur des souches S.A.M.R.), antifongique, analgésique  ou anti-inflammatoire.

Cannabinoïdes : Quels effets thérapeutiques?

Cannabinoïdes : Quels effets thérapeutiques?

A l’exception du THC, ces molécules sont donc encore peu étudiées sur le plan clinique mais nous disposons en revanche de très nombreuses études précliniques (études expérimentales in vitro et chez l’animal).  Une méta-analyse exhaustive destinée aux professionnels de santé du Canada fait notamment le point sur la question en passant au crible mille études précliniques et cliniques sur les exocannabinoïdes (cannabinoïdes végétaux et synthétiques). Ces résultats laissent entrevoir de nombreuses indications thérapeutiques examinées dans plusieurs revues, telles que l’inflammation, la douleur, les réactions auto-immunes, les vomissements, l’anorexie, l’ostéoporose mais aussi l’obésité, la psychose, l’anxiété, l’épilepsie, les troubles du sommeil, l’ischémie cérébrale et myocardiaque, le diabète de type 1, la fibrose hépatique, les maladies neurodégénératives et le cancer. Les premières études faites sur le cannabidiol (CBD) suggèrent un spectre d’action plus large que celui du THC, des effets secondaires moindres (non psychoactif), et une efficacité supérieure aux thérapeutiques disponibles dans plusieurs indications, comme la fibromyalgie ou le syndrome de Dravet. Le potentiel thérapeutique du CBD pourrait donc s’avérer bien supérieur à celui du THC.

Les études cliniques sur le chanvre et les phytocannabinoïdes

Le niveau de connaissances dans les différents domaines d’utilisation médicale des cannabinoïdes est très hétérogène mais les études commencent néanmoins à s’accumuler. En 2012, plus d’une centaine d’essais cliniques contrôlés, effectués dans le cadre de recherches par des institutions gouvernementales ou scientifiques (Comité des Sciences de la Chambre des Lords Britannique, Institut de Médecine des États-Unis par exemple) sont référencés sur le site de l’IACM, association ouverte exclusivement aux médecins et chercheurs.

Ces études cliniques portent principalement sur le THC et dans une moindre mesure sur le CBD ou les 2 principes actifs en combinaison dans les études récentes. L’établissement de comparaisons directes entre le chanvre et les cannabinoïdes isolés devrait forcément tenir compte des différences éventuelles quant aux voies d’administration, à la posologie, ainsi qu’aux diverses propriétés pharmacologiques de ces différentes substances. En effet, les résultats des études avec le produit complet mettent en évidence un effet d’entourage synergique, lié aux autres cannabinoides, terpènes et flavonoïdes, qui améliore la tolérance et bien souvent l’efficacité du THC (dronabinol). 

De manière générale, les découvertes scientifiques sur les propriétés isolées des cannabinoïdes ne reflètent pas le potentiel thérapeutique global du cannabis pour une maladie donnée. Ce dernier montre en effet souvent de bons résultats dans le traitement des maladies chroniques poly-symptomatiques (inflammatoires, dégénératives, néoplasiques, auto-immunes) comportant une composante psycho-sociale, avec une amélioration objective et surtout subjective des symptômes et de la qualité de vie. Les effets psychotropes semblent moins gênants dans ces différentes pathologies chroniques car ils peuvent être considérés par certains patients comme bénéfiques sur le plan psychologique. Par exemple, dans la sclérose en plaques, le cannabis peut réduire la spasticité, la douleur, l’asthénie, les troubles vésico-sphinctériens, la dépression et stimuler l’appétit. 

Les indications reconnues  :

Les études scientifiques mettent en évidence de fortes preuves de l’efficacité thérapeutique du chanvre et du THC, basées sur de nombreuses études cliniques randomisées en double aveugle, concernant les douleurs chroniques neuropathiques, notamment dans la sclérose en plaques, l’infection V.I.H., le cancer, les névralgies ou les traumatismes médullaires. Un effet d’épargne en opiacés est clairement observé dans la plupart des études. L’efficacité du THC est également reconnue dans la lutte contre la spasticité (SEP, traumatisme médullaire), les nausées et vomissements induits par le cancer ou la chimiothérapie, notamment les vomissements anticipatoires, le manque d’appétence (cachexie liée au cancer ou à une infection VIH).

A l’exception de quelques études récentes, la puissance des essais cliniques sur le chanvre ou le THC est souvent limitée par la taille de l’échantillon, la durée de l’étude, la présence de sujets non naifs (simple aveugle de facto), d’autant que les résultats observés sont souvent modestes et comparables aux médicaments déjà disponibles. 

Aux Pays-Bas et au Canada, où l’on dispose d’une filière médicale distincte depuis plus de 10 ans, les indications médicales officielles font essentiellement référence aux monographies des cannabinoïdes mis sur le marché (essais cliniques de phase 3 et 4). En attendant les résultats de la première revue critique de l’Organisation Mondiale de la Santé sur le sujet prévu pour 2019, ces recommandations officielles pourraient résumer le consensus international actuel sur les indications médicales du chanvre :

  • Crampes et spasmes musculaires provoqués par la sclérose en plaques ou les atteintes de la moelle épinière (THC et CBD)
  • Nausées, perte d’appétit, perte de poids et faiblesse dues au cancer et au SIDA
  • Nausées et vomissements provoqués par la médication, la chimiothérapie ou la radiothérapie en cas de cancer, hépatite C, VIH/SIDA
  • Douleurs chroniques, particulièrement en rapport avec le système nerveux ou provoquées par une détérioration des nerfs
  • Glaucome résistant à une thérapie
  • Syndrome de Gilles de la Tourette (THC).

Les indications probantes :

Concernant les autres indications des cannabinoïdes décrites dans la littérature, il y a beaucoup moins d’études cliniques disponibles et celles-ci comportent les écueils énoncés précédemment. Au vu des études cliniques en 2016, certaines indications sont très probantes et mériteraient d’être validées rapidement par des études cliniques multicentriques robustes :

  • les maladies inflammatoires chroniques de l’intestin (Crohn, colite ulcéreuse)
  • les troubles du sommeil associée à la douleur chronique 
  • les migraines (CBN, CBC)
  • la fibromyalgie (CBD pur),
  • L’épilepsie (CBD, THCV et CBDV) dont les syndromes de Dravet et de Lenox Gastaut (CBD)
  • la schizophrénie (CBD pur à haute dose),

D’autres propriétés du THC sont suggérées par des études cliniques anciennes, comme la bronchodilatation ou la réduction de la pression oculaire. Le THC pourrait ainsi être indiqué dans l’asthme, par vaporisation ou nébulisation, ou dans le glaucome à angle ouvert, par collyre, mais sa durée d’action est courte et nécessite des prises régulières pouvant entrainer des effets psychotropes indésirables. 

L’usage compassionnel est autorisé dans de nombreuses indications, malgré l’insuffisance d’études cliniques disponibles, dans certains pays comme l’Italie, l’Allemagne, la Finlande ou le Canada.

Les autres indications potentielles:

Dans d’autres indications, une poignée d’essais cliniques seulement présentent des résultats mitigés. Des travaux scientifiques supplémentaires sont donc absolument nécessaires pour confirmer ces indications : 

  • la dépendance/sevrage pour l’alcool, la cocaïne et les opiacés,
  • Le trouble de déficit d’attention et d’hyperactivité,
  • l’anorexie mentale, 
  • l’état de stress post traumatique. 
  • les troubles anxio-dépressifs associés à une pathologie chronique (CBD et THC à dose modérée),
  • le syndrome du côlon irritable,
  • les maladies neurodégénératives (maladie de Parkinson, chorée de Huntington, Alzheimer).
  • Le syndrome des jambes sans repos et les dystonies
  • certains cancers (2 études cliniques récentes avec du THC à haute dose)

Contre toute attente, l’un des intérêts majeurs des cannabinoïdes pourrait résider dans leur potentiel anti-tumoral ciblé, clairement mis en évidence par une méta-analyse récente qui passe 72 études au crible et amène l’auteur à conclure:

« en plus de leurs actions pro-apoptotique et antiproliférative déjà connues, les cannabinoïdes présentent également des propriétés anti-angiogéniques, antimigratives, antiadhésives, anti- métastatiques.»

L’action anti-cancéreuse des PCB serait médiée par plusieurs récepteurs (CB1, CB2, TRPV2)  mais aussi par d’autres mécanismes encore insuffisamment étudiés. Par ailleurs, l’expression de plusieurs oncogènes (TIMP-1,ID-1, JNK, AKT, MMP-2) semble être régulée par les phytocannabinoïdes. Ces constatations suggèrent que les cannabinoïdes puissent être de puissants inhibiteurs de la croissance et de la diffusion de certains cancers. Comme ils sont généralement bien tolérés et ne développent pas les effets toxiques d’agents chimio thérapeutiques classiques (protection des cellules saines avoisinant la tumeur), des études cliniques sont actuellement en cours pour enquêter sur le potentiel de ces substances comme agents thérapeutiques anticancéreux. Le financement de ce type de recherche n’est pas évident alors que cette voie pourrait représenter un espoir dans de nombreux cancers : leucémies lymphoïdes, gliomes et glioblastomes, mais aussi divers adénomes et adénocarcinomes (poumon, sein, foie, vésicule, colon, pancréas, utérus, prostate, testicule, peau).

Pour d’autres pathologies enfin, la recherche n’est actuellement qu’au stade préclinique :

  • l’ostéoporose (CBC)
  • les troubles métaboliques: fibrose hépatique, pancréatite, syndrome métabolique/obésité, diabète (CBD et THCV),
  • les troubles cardiovasculaires (athérosclérose, accident vasculaire cérébral, hypertension artérielle, ischémie CBD, CBG)

Effets médicaux du cannabis

Effets secondaires et sécurité d’emploi

En 1999 l’Institut de Médecine des États-Unis s’accordait déjà sur les effets secondaires du produit :

« le cannabis n’est pas une substance bénigne. C’est un médicament puissant qui offre un large spectre d’effets. Cependant, à l’exception des effets négatifs associés aux produits de combustion, les effets secondaires indésirables du cannabis restent comparables aux effets tolérés d’autres médicaments.»

Ces effets indésirables surviennent moins en cas d’augmentation progressive de la posologie et s’estompent en général au fil du temps. De plus, si l’on se fie à la monographie du Sativex, leur fréquence de survenue semble bien moindre et les risques liés au surdosage moins graves que ceux de certains blockbusters pharmaceutiques (dérives opiacés, benzodiazépines).

Les PCB ont un profil de sécurité favorable comme le rapporte le National Cancer Institute des États-Unis dans un communiqué du 17 mars 2011 :

« Contrairement aux récepteurs aux opiacés, les récepteurs aux cannabinoïdes ne se situent pas dans la zone des terminaisons cervicales qui contrôlent la respiration. Ainsi, les overdoses mortelles par détresse respiratoire aiguë ne peuvent pas se produire. Bien que les cannabinoïdes soient considérés par certains comme une drogue, leur potentiel de dépendance est considérablement plus faible que celui d’autres produits prescrits ou d’autres substances dont l’abus est néfaste. Les récepteurs aux cannabinoïdes étant présents dans tous les tissus de l’organisme, et non pas seulement dans le système nerveux central, les effets secondaires qui peuvent être rencontrés sont essentiellement la tachycardie, l’hypotension artérielle, l’hyperémie conjonctivale, la bronchodilatation, le relâchement musculaire, et la baisse de la motilité gastro-intestinale.»

Concernant l’efficacité au long cours, on sait qu’un phénomène de tolérance pharmacodynamique se développe à certains effets du THC, mais pas à d’autres, en lien à une régulation à la baisse réversible et sélective régionalement des récepteurs cannabinoïdes CB1 du cerveau, mise en évidence au PET-scan chez les usagers quotidiens. Ce phénomène de tolérance semble être important sur les effets secondaires indésirables, sans toutefois être observé au niveau des effets thérapeutiques dans les indications reconnues, comme le confirme deux études de suivi de traitement au long cours par Sativex dans la sclérose en plaques.

Le chanvre en auto-médication

Il est nécessaire d’informer son médecin de toute pratique visant à améliorer son état de santé. L’usage médical du cannabis devrait être encadré par un médecin dans la mesure du possible afin de limiter les risques au maximum.

La désobéissance citoyenne:

Les gens veulent des traitements sûrs, naturels et bon marché qui stimulent la capacité du corps à s’auto-soigner et aident la population à améliorer sa qualité de vie. Le cannabis médical est une de ces solutions. 

Face à l’évolution lente des représentations et des politiques sur le cannabis, de nombreux patients n’ont pas attendu les autorisations légales pour cultiver le chanvre eux-mêmes et récolter les phytocannabinoïdes qui les soignent, tout en limitant le risque de saisie de leur médicament. Cependant, de nombreux citoyens handicapés sont dans l’impossibilité de gérer la culture de ces plantes.

C’est pourquoi, il s’est développé dans de nombreux pays, parallèlement au circuit de distribution classique des produits pharmaceutiques, un réseau de distribution parallèle d’origine citoyenne, pour faire face à l’absence d’accès médical sécurisé et contrôlé sanitairement. De nombreux patients se sont ainsi regroupés en associations de malades afin de se fournir en produits dérivés du chanvre (fleur, résine, huile) à moindre frais. Nous pouvons citer par exemple les clubs compassionnels au Canada, les dispensaires aux États-Unis (Buyers Club), l’association « Pazienti Impazienti » en Italie ou encore « Principes Actifs » en France. Ces associations ont également pour but de collecter les rapports de cas pour dynamiser la recherche pharmacologique sur les phytocannabinoïdes, mais aussi de créer par hybridation des variétés de chanvre adaptées aux besoins des patients.

Des formes hautement dosées en principes actifs

Les dosages des différents principes actifs peuvent se révéler parfois insuffisants dans la plante brute pour être efficaces et il est par ailleurs très difficile de standardiser les rations de principes actifs des fleurs. C’est pourquoi, de nombreux patients réalisent leur propre extraction, afin d’obtenir un produit concentré plus standardisable. L’utilisation de diverses variétés de fleurs de chanvre pour réaliser ces extractions permet de multiplier les principes actifs et aboutit à différents produits énumérés selon un niveau de concentration croissant : skuff, pollen, hasch et huile solide ou liquide (voir formes et modes d’administration).

Cette dernière forme, hautement dosée, qui avait presque disparu du marché récréatif revient récemment en force dans le marché de l’automédication, notamment outre-Atlantique, à travers 3 produits phares : le B.H.O. (Butane Honey Oil), le shatter  et le R.S.O. (Rick Simpson Oil). Ces produits aux effets puissants et à utiliser avec les plus grandes précautions sont associés à des cas de guérisons miraculeuses qui nourrissent l’imaginaire et suscitent un engouement. Autant de nouveaux produits dont les bénéfices médicaux mériteraient assurément d’être étudiés plus solidement, ne serait-ce que parce que certaines personnes les utilisent pour se soigner.

Des données empiriques

La plupart des études sur les cannabinoÎdes ont été suggérées par les expériences positives de patients et l’accumulation des rapports de cas. Le plus souvent le chanvre est inhalé (fumé ou vaporisé), parfois il est ingéré par les malades.

Il n’existe pas suffisamment de preuves scientifiques et cliniques à l’heure actuelle pour corroborer l’affirmation selon laquelle une souche donnée de cannabis pourrait avoir plus de bienfaits qu’une autre en fonction d’un état pathologique particulier. En effet, l’essentiel des informations disponibles relatives aux effets du cannabis proviennent des études cliniques menées auprès de ceux qui le consomment à des fins récréatives, et beaucoup moins d’informations sont disponibles sur des études cliniques menées auprès des patients qui consomment le cannabis à des fins médicales : il existe seulement une poignée d’essais publiés sur le produit complet et ils sont tous limités par une très courte durée d’étude et la taille limitée des cohortes.

« les variétés Indica ou Afghanica (riches en THC et en CBD) agissent sur le plan physique (anxiolyse, sédation et analgésie) et sont plutôt recommandées en fin de journée, alors que les variétés sativa (riches en THC et pauvre en CBD) ont tendance à agir sur le plan cognitif (orexigène, psychotonique, hypersensorialité) et sont déconseillées aux personnes qui souffrent de troubles dissociatifs ou de l’humeur».

Club compassion de Montréal

Le tableau suivant recense quelques cultivars de chanvre et leurs effets thérapeutiques spécifiques, d’après l’expérience des utilisateurs. En aucun cas, ces données ne constituent un guide de phytothérapie, elles ne  font que relater l’expérience des usagers.

NOM ORIGINE BREEDER FLORAISON RÉCOLTE PRESCRIT POUR :
Afghani #1 Landrace Sensi Seeds 45 jours Moyenne à bonne douleurs chroniques, spasmes musculaires, nausées, antiémétique (vomissements) et perte d’appétit
AK-47 Colombian, mexican, Thaï & Afghani Serious Seeds 53-63 jours Bonne à très bonne douleurs chroniques, nausée, dépression, insomnie, maux de tête
Apollo 11 C’99 x Genius (Jack Herer) / [shivaskunk x JH f2] x shivaskunk Brothers Grimm 45-55 jours Moyenne à Bonne épilepsie, sclérose en plaques et autres problèmes neurologiques
Aurora Indica Afghan & Northern Light   60-65 jours Moyenne nausée, douleurs articulaires, arthrite et insomnie
Big Bud Skunk #1 x Afghani Sensi Seeds 50-65 jours Énorme nausée, antiémétique (vomissements) et perte d’appétit
Big Kahuna Big Bud – Skunk #1 – Afghani-Hawaiian SOMA Seeds 56-63 jours Faible douleurs d’hernie discale, arthrite
Blueberry Juicy Fruit (highlet) Thai x Afghani male x Chocolate Thai x Highlet Oaxacan Gold DJ Short 45-55 jours Moyenne douleurs chroniques, spasmes musculaires, nausées, antiémétique (vomissements) et perte d’appétit
Blue Satellite   Spice of Life 50-55 jours   douleur, nausée, insomnie, anxiété, tension musculaire
Bubble Gum Big Skunk avec un peu Northern Lights Serious Seeds 56-63 jours Bonne à très bonne spasmes musculaires, nausées, antiémétique (vomissements) et perte d’appétit
Chilla Kush x Nepali BlueHemp 40-45 jours   douleurs
Chronic NL x Afghan x NL / NL x Big Bud x Afghan Serious Seeds 53-63 jours Bonne à très bonne spasmes musculaires, nausées, antiémétique (vomissements) et perte d’appétit
Cinderella 99 ShivaSkunk x [sensi Jack Herer x Jack Herer] Brothers Grimm & plusieurs knockoffs 60 jours Bonne épilepsie, sclérose en plaques et autres problèmes neurologiques
F-13 Juicy Fruit (highlet) Thai x Afghani male x Chocolate Thai x Highlet Oaxacan Gold DJ Short 50-63 jours Moyenne à bonne épilepsie, sclérose en plaques et autres problèmes neurologiques
Haze Thai x Columbian x Mexican x Vietnamese The Flying Dutchman 12-16 semaines Petite à moyenne maladie de Crohn, épilepsie, sclérose en plaques et autres problèmes neurologiques
Hindu Kush Landrace Sensi Seeds 45-50 jours Moyenne à bonne douleurs chroniques, spasmes musculaires, nausées, antiémétique (vomissements) et perte d’appétit
HOG Kush & Afghani T.H. Seeds 56-63 jours Bonne douleurs chroniques, spasmes musculaires, nausées, antiémétique (vomissements) et perte d’appétit
Jack Herer Skunk #1 x Northern Lights #5 x Haze Sensi Seeds 50-70 jours Moyenne à bonne (phénotypes sativa : épilepsie, sclérose en plaques et autres problèmes neurologiques
phénotypes indica : douleurs chroniques, nausées, antiémétique (vomissements) et perte d’appétit
Kali Mist Haze x Skunk hybrid / Cambodian sativa x Silver Haze Serious Seeds 70-90 jours Moyenne à bonne maladie de Crohn, épilepsie, sclérose en plaques, et autres problèmes neurologiques
Lavender Super Skunk x Big Skunk Korean x Afghani-Hawaiian SOMA Seeds 56-63 jours Moyenne à bonne douleurs chroniques, nausées, antiémétique (vomissements) et perte d’appétit
Legends Ultimate Indica Ortega x Sweet Tooth #2 Legends Seed Co. 49-63 jours Très bonne douleurs chroniques, spasmes musculaires, nausées, antiémétique (vomissements) et perte d’appétit
Mazar Afghani x Skunk #1 Dutch Passion 56-63 jours Bonne nausées, antiémétique (vomissements) et perte d’appétit
Maple Leaf Indica Afghani Sensi Seeds 45-50 jours Bonne douleurs chroniques, spasmes musculaires, nausées, antiémétique (vomissements) et perte d’appétit
Medicine Man Afghan x Brazilian sativa / South India Mr Nice 56-60 jours Bonne douleurs
Mr. Nice G-13 x Hash Plant Sensi Seeds 60 jours Bonne douleurs chroniques, spasmes musculaires, nausées, antiémétique (vomissements) et perte d’appétit
Neville’s Haze Thai x Colombian avec a 1/4 Northern Light #5 Greenhouse Seed Co. & Mr. Nice 12-14 semaines Bonne maladie de Crohn, épilepsie, sclérose en plaques, et autres problèmes neurologiques
New York City Diesel Mexican Sativa x Afghani SOMA Seeds 70 jours Bonne nausées, antiémétique (vomissements) et perte d’appétit
Northern Lights #5 Afghani x Skunk #1 x Haze Variés 45-55 jours Très bonne douleurs chroniques, spasmes musculaires, nausées, antiémétique (vomissements) et perte d’appétit
Romulan California X [White Rhino X White Rhino] Federation Seed Co. 55-60 jours Moyenne douleurs chroniques, nausées, antiémétique (vomissements) et perte d’appétit
Shark Shock White Widow x Skunk #1 Mr. Nice 50-56 jours Bonne douleurs, insomnie et anxiété. (En fonction du phénotype)
Silver Haze NL x Haze Sensi Seeds 65-75 jours Moyenne a bonne épilepsie, sclérose en plaques et autres problèmes neurologiques
Skunk #1 25% afghani, 25% Acapulco Gold, 50% Colombian Gold Sensi Seeds 45-50 jours Bonne perte d’appétit
Sour Diesel [(SensiNL X MassSuperSkunk) X Dawg/Chem] X DNL Reservoir Seeds 75 jours Bonne douleurs chroniques, nausées, antiémétique (vomissements) et perte d’appétit
Strawberry Cough Strawberry Fields x Haze Dutch Passion 63 jours Moyenne nausées, antiémétique (vomissements) et perte d’appétit
Super Silver Haze [NL x Nevilles Haze] x [Skunk x Nevilles Haze] Mr. Nice 56-70 jours Moyenne a bonne Phénotypes sativa : épilepsie, sclérose en plaques et autres problèmes neurologiques
Phénotypes indica : douleurs chroniques, nausées, antiémétique (vomissements) et perte d’appétit
Sweet Tooth #3 Sweetpink Grapefruit x Blueberry x Grapefruit f1 Spice of Life 56 jours Très bonne douleurs chroniques, nausées, antiémétique (vomissements) et perte d’appétit
Ultimate Afghan Kush (Pure Afghani x Unknown Kush, F4) x Legends Ultimate Indica Private 55-60 jours, variable Bonne douleurs chroniques, spasmes musculaires, nausées, antiémétique (vomissements) et perte d’appétit
White Rhino White widow x Afghani Greenhouse 56-63 jours Bonne douleurs chroniques, nausées, antiémétique (vomissements) et perte d’appétit
White Russian AK-47 x White Widow Serious Seeds 53-63 jours Bonne douleurs chroniques, nausées
White Widow Brazilian x Indian Sensi seed 50-65 jours Moyenne épilepsie, sclérose en plaques et autres problèmes neurologiques. cachexie, Hépatite C, Stress post-traumatique

Plus informations sur le cannabis et les cannabinoïdes en médecine:

Association de professionnels de santé:

Associations de patients:

Bibliographie:

  • De Petrocellis L, Ligresti A, Moriello AS, Allarà M, Bisogno T, Petrosino S, et al. Effects of cannabinoids and cannabinoid-enriched Cannabis extracts on TRP channels and endocannabinoid metabolic enzymes. Br J Pharmacol. 2011 Aug;163(7):1479–94.
  • Di Marzo V, Piscitelli F, Mechoulam R. Cannabinoids and endocannabinoids in metabolic disorders with focus on diabetes. Handb Exp Pharmacol. 2011;(203):75–104.
  • Aggarwal SK. Cannabinergic pain medicine: a concise clinical primer and survey of randomized-controlled trial results. Clin J Pain. 2013 Feb;29(2):162–71.
  • Kraft B. Is there any clinically relevant cannabinoid-induced analgesia? Pharmacology. 2012;89(5-6):237–46.
  • Guindon J, Hohmann AG. The endocannabinoid system and pain. CNS Neurol Disord Drug Targets. 2009 Dec;8(6):403–21.
  • Bíró T, Tóth BI, Haskó G, Paus R, Pacher P. The endocannabinoid system of the skin in health and disease: novel perspectives and therapeutic opportunities. Trends Pharmacol Sci. 2009 Aug;30(8):411–20.
  • Mackie K. Signaling via CNS cannabinoid receptors. Mol Cell Endocrinol. 2008 Apr 16;286(1-2 Suppl 1):S60–65.
  • Takeda S. [Medicinal chemistry and pharmacology focused on cannabidiol, a major component of the fiber-type cannabis]. Yakugaku Zasshi. 2013;133(10):1093–101.
  • Williamson EM. The Medicinal Uses of Cannabis and Cannabinoids. Edited by G. W. Guy, B. A. Whittle and P. J. Robson. Pharmaceutical Press: London, 2004. Pages: 448. ISBN: 0-85369-517-2. Price £39.95. Hum Psychopharmacol Clin Exp. 2004;19(8):589–589.
  • Huestis MA. Human Cannabinoid Pharmacokinetics. Chem Biodivers. 2007;4(8):1770–804.
  • Izzo AA, Borrelli F, Capasso R, Di Marzo V, Mechoulam R. Non-psychotropic plant cannabinoids: new therapeutic opportunities from an ancient herb. Trends Pharmacol Sci. 2009 Oct;30(10):515–27.
  • Thomas A, Baillie GL, Phillips AM, Razdan RK, Ross RA, Pertwee RG. Cannabidiol displays unexpectedly high potency as an antagonist of CB1 and CB2 receptor agonists in vitro. Br J Pharmacol. 2007 Mar;150(5):613–23.
  • Zuardi AW, Hallak JEC, Dursun SM, Morais SL, Sanches RF, Musty RE, et al. Cannabidiol monotherapy for treatment-resistant schizophrenia. J Psychopharmacol Oxf Engl. 2006 Sep;20(5):683–6.
  • Zuardi AW. Cannabidiol: from an inactive cannabinoid to a drug with wide spectrum of action. Rev Bras Psiquiatr São Paulo Braz 1999. 2008 Sep;30(3):271–80.
  • L’huile de cannabis de Rick Simpson « Blog du Growshop Alchimia [Internet]. [cited 2014 Mar 29]. Available from: https://www.alchimiaweb.com/blogfr/huile-cannabis-rick-simpson/
  • Velayudhan L, Van Diepen E, Marudkar M, Hands O, Suribhatla S, Prettyman R, et al. Therapeutic Potential of Cannabinoids in Neurodegenerative Disorders: A Selective Review. Curr Pharm Des. 2013 Jun 14;
  • Schenk D, Barbour R, Dunn W, Gordon G, Grajeda H, Guido T, et al. Immunization with amyloid-beta attenuates Alzheimer-disease-like pathology in the PDAPP mouse. Nature. 1999 Jul 8;400(6740):173–7.
  • Ramírez BG, Blázquez C, Gómez del Pulgar T, Guzmán M, de Ceballos ML. Prevention of Alzheimer’s disease pathology by cannabinoids: neuroprotection mediated by blockade of microglial activation. J Neurosci Off J Soc Neurosci. 2005 Feb 23;25(8):1904–13.
  • Eubanks LM, Rogers CJ, Beuscher AE, Koob GF, Olson AJ, Dickerson TJ, et al. A Molecular Link Between the Active Component of Marijuana and Alzheimer’s Disease Pathology. Mol Pharm. 2006;3(6):773–7.
  • García C, Palomo-Garo C, García-Arencibia M, Ramos J, Pertwee R, Fernández-Ruiz J. Symptom-relieving and neuroprotective effects of the phytocannabinoid Δ9-THCV in animal models of Parkinson’s disease. Br J Pharmacol. 2011 Aug;163(7):1495–506.
  • Appendino G, Gibbons S, Giana A, Pagani A, Grassi G, Stavri M, et al. Antibacterial Cannabinoids from Cannabis sativa: A Structure−Activity Study. J Nat Prod. 2008 Aug 1;71(8):1427–30.
  • Radwan MM, ElSohly MA, Slade D, Ahmed SA, Khan IA, Ross SA. Biologically Active Cannabinoids from High-Potency Cannabis sativa. J Nat Prod. 2009 May 22;72(5):906–11.
  • Eisohly HN, Turner CE, Clark AM, Eisohly MA. Synthesis and antimicrobial activities of certain cannabichromene and cannabigerol related compounds. J Pharm Sci. 1982 Dec;71(12):1319–23.
  • Karst M, Salim K, Burstein S, Conrad I, Hoy L, Schneider U. Analgesic effect of the synthetic cannabinoid CT-3 on chronic neuropathic pain: a randomized controlled trial. JAMA. 2003 Oct 1;290(13):1757–62.
  • Tubaro A, Giangaspero A, Sosa S, Negri R, Grassi G, Casano S, et al. Comparative topical anti-inflammatory activity of cannabinoids and cannabivarins. Fitoterapia. 2010 Oct;81(7):816–9.
  • Malfait AM, Gallily R, Sumariwalla PF, Malik AS, Andreakos E, Mechoulam R, et al. The nonpsychoactive cannabis constituent cannabidiol is an oral anti-arthritic therapeutic in murine collagen-induced arthritis. Proc Natl Acad Sci U S A. 2000 Aug 15;97(17):9561–6.
  • Freimuth N, Ramer R, Hinz B. Antitumorigenic effects of cannabinoids beyond apoptosis. J Pharmacol Exp Ther. 2010 Feb;332(2):336–44.
  • Torres S, Lorente M, Rodríguez-Fornés F, Hernández-Tiedra S, Salazar M, García-Taboada E, et al. A combined preclinical therapy of cannabinoids and temozolomide against glioma. Mol Cancer Ther. 2011 Jan;10(1):90–103.
  • Velasco G, Sánchez C, Guzmán M. Towards the use of cannabinoids as antitumour agents. Nat Rev Cancer. 2012 Jun;12(6):436–44.
  • Preet A, Qamri Z, Nasser MW, Prasad A, Shilo K, Zou X, et al. Cannabinoid receptors, CB1 and CB2, as novel targets for inhibition of non-small cell lung cancer growth and metastasis. Cancer Prev Res Phila Pa. 2011 Jan;4(1):65–75.
  • Nasser MW, Qamri Z, Deol YS, Smith D, Shilo K, Zou X, et al. Crosstalk between chemokine receptor CXCR4 and cannabinoid receptor CB2 in modulating breast cancer growth and invasion. PloS One. 2011;6(9):e23901.
  • Vara D, Salazar M, Olea-Herrero N, Guzmán M, Velasco G, Díaz-Laviada I. Anti-tumoral action of cannabinoids on hepatocellular carcinoma: role of AMPK-dependent activation of autophagy. Cell Death Differ. 2011 Jul;18(7):1099–111.
  • Nabissi M, Morelli MB, Santoni M, Santoni G. Triggering of the TRPV2 channel by cannabidiol sensitizes glioblastoma cells to cytotoxic chemotherapeutic agents. Carcinogenesis. 2013 Jan;34(1):48–57.
  • Shrivastava A, Kuzontkoski PM, Groopman JE, Prasad A. Cannabidiol induces programmed cell death in breast cancer cells by coordinating the cross-talk between apoptosis and autophagy. Mol Cancer Ther. 2011 Jul;10(7):1161–72.
  • McKallip RJ, Lombard C, Fisher M, Martin BR, Ryu S, Grant S, et al. Targeting CB2 cannabinoid receptors as a novel therapy to treat malignant lymphoblastic disease. Blood. 2002 Jul 15;100(2):627–34.
  • Sánchez C, de Ceballos ML, Gomez del Pulgar T, Rueda D, Corbacho C, Velasco G, et al. Inhibition of glioma growth in vivo by selective activation of the CB(2) cannabinoid receptor. Cancer Res. 2001 Aug 1;61(15):5784–9.
  • Blázquez C, González-Feria L, Álvarez L, Haro A, Casanova ML, Guzmán M. Cannabinoids Inhibit the Vascular Endothelial Growth Factor Pathway in Gliomas. Cancer Res. 2004 Aug 15;64(16):5617–23.
  • Bifulco M, Laezza C, Pisanti S, Gazzerro P. Cannabinoids and cancer: pros and cons of an antitumour strategy. Br J Pharmacol. 2006 May;148(2):123–35.
  • Aviello G, Romano B, Borrelli F, Capasso R, Gallo L, Piscitelli F, et al. Chemopreventive effect of the non-psychotropic phytocannabinoid cannabidiol on experimental colon cancer. J Mol Med Berl Ger. 2012 Aug;90(8):925–34.
  • Casanova ML, Blázquez C, Martínez-Palacio J, Villanueva C, Fernández-Aceñero MJ, Huffman JW, et al. Inhibition of skin tumor growth and angiogenesis in vivo by activation of cannabinoid receptors. J Clin Invest. 2003 Jan 1;111(1):43–50.
  • Zuardi AW, Crippa JAS, Hallak JEC, Moreira FA, Guimarães FS. Cannabidiol, a Cannabis sativa constituent, as an antipsychotic drug. Braz J Med Biol Res Rev Bras Pesqui Médicas E Biológicas Soc Bras Biofísica Al. 2006 Apr;39(4):421–9.
  • Müller-Vahl K. Cannabinoids and schizophrenia: where is the link? Cannabinnoids. 2008;3(4):1–15.
  • Bhattacharyya S, Morrison PD, Fusar-Poli P, Martin-Santos R, Borgwardt S, Winton-Brown T, et al. Opposite effects of delta-9-tetrahydrocannabinol and cannabidiol on human brain function and psychopathology. Neuropsychopharmacol Off Publ Am Coll Neuropsychopharmacol. 2010 Feb;35(3):764–74.
  • Hill AJ, Weston SE, Jones NA, Smith I, Bevan SA, Williamson EM, et al. Δ9-Tetrahydrocannabivarin suppresses in vitro epileptiform and in vivo seizure activity in adult rats. Epilepsia. 2010 Aug;51(8):1522–32.
  • Jones NA, Hill AJ, Smith I, Bevan SA, Williams CM, Whalley BJ, et al. Cannabidiol displays antiepileptiform and antiseizure properties in vitro and in vivo. J Pharmacol Exp Ther. 2010 Feb;332(2):569–77.
  • Fouad AA, Al-Mulhim AS, Jresat I. Cannabidiol treatment ameliorates ischemia/reperfusion renal injury in rats. Life Sci. 2012 Sep 17;91(7-8):284–92.
  • Cascio MG, Gauson LA, Stevenson LA, Ross RA, Pertwee RG. Evidence that the plant cannabinoid cannabigerol is a highly potent alpha2-adrenoceptor agonist and moderately potent 5HT1A receptor antagonist. Br J Pharmacol. 2010 Jan;159(1):129–41.
  • Wargent ET, Zaibi MS, Silvestri C, Hislop DC, Stocker CJ, Stott CG, et al. The cannabinoid Δ(9)-tetrahydrocannabivarin (THCV) ameliorates insulin sensitivity in two mouse models of obesity. Nutr Diabetes. 2013;3:e68.
  • Ashton JC, Milligan ED. Cannabinoids for the treatment of neuropathic pain: clinical evidence. Curr Opin Investig Drugs Lond Engl 2000. 2008 Jan;9(1):65–75.
  • Wilsey B, Marcotte T, Tsodikov A, Millman J, Bentley H, Gouaux B, et al. A randomized, placebo-controlled, crossover trial of cannabis cigarettes in neuropathic pain. J Pain Off J Am Pain Soc. 2008 Jun;9(6):506–21.
  • Wilsey B, Marcotte T, Deutsch R, Gouaux B, Sakai S, Donaghe H. Low-dose vaporized cannabis significantly improves neuropathic pain. J Pain Off J Am Pain Soc. 2013 Feb;14(2):136–48.
  • Nurmikko TJ, Serpell MG, Hoggart B, Toomey PJ, Morlion BJ, Haines D. Sativex successfully treats neuropathic pain characterised by allodynia: a randomised, double-blind, placebo-controlled clinical trial. Pain. 2007 Dec 15;133(1-3):210–20.
  • Narang S, Gibson D, Wasan AD, Ross EL, Michna E, Nedeljkovic SS, et al. Efficacy of dronabinol as an adjuvant treatment for chronic pain patients on opioid therapy. J Pain Off J Am Pain Soc. 2008 Mar;9(3):254–64.
  • Abrams DI, Couey P, Shade SB, Kelly ME, Benowitz NL. Cannabinoid-opioid interaction in chronic pain. Clin Pharmacol Ther. 2011 Dec;90(6):844–51.
  • Zajicek JP, Hobart JC, Slade A, Barnes D, Mattison PG, MUSEC Research Group. Multiple sclerosis and extract of cannabis: results of the MUSEC trial. J Neurol Neurosurg Psychiatry. 2012 Nov;83(11):1125–32.
  • Rog DJ, Nurmikko TJ, Friede T, Young CA. Randomized, controlled trial of cannabis-based medicine in central pain in multiple sclerosis. Neurology. 2005 Sep 27;65(6):812–9.
  • Abrams DI, Jay CA, Shade SB, Vizoso H, Reda H, Press S, et al. Cannabis in painful HIV-associated sensory neuropathy A randomized placebo-controlled trial. Neurology. 2007 Feb 13;68(7):515–21.
  • Johnson JR, Burnell-Nugent M, Lossignol D, Ganae-Motan ED, Potts R, Fallon MT. Multicenter, double-blind, randomized, placebo-controlled, parallel-group study of the efficacy, safety, and tolerability of THC:CBD extract and THC extract in patients with intractable cancer-related pain. J Pain Symptom Manage. 2010 Feb;39(2):167–79.
  • Berman JS, Symonds C, Birch R. Efficacy of two cannabis based medicinal extracts for relief of central neuropathic pain from brachial plexus avulsion: results of a randomised controlled trial. Pain. 2004 Dec;112(3):299–306.
  • Maurer M, Henn V, Dittrich A, Hofmann A. Delta-9-tetrahydrocannabinol shows antispastic and analgesic effects in a single case double-blind trial. Eur Arch Psychiatry Clin Neurosci. 1990;240(1):1–4.
  • Wade DT, Robson P, House H, Makela P, Aram J. A preliminary controlled study to determine whether whole-plant cannabis extracts can improve intractable neurogenic symptoms. Clin Rehabil. 2003 Feb;17(1):21–9.
  • Zajicek J, Fox P, Sanders H, Wright D, Vickery J, Nunn A, et al. Cannabinoids for treatment of spasticity and other symptoms related to multiple sclerosis (CAMS study): multicentre randomised placebo-controlled trial. Lancet. 2003 Nov 8;362(9395):1517–26.
  • Zajicek J, Sanders H, Wright D, Vickery P, Ingram W, Reilly S, et al. Cannabinoids in multiple sclerosis (CAMS) study: safety and efficacy data for 12 months follow up. J Neurol Neurosurg Psychiatry. 2005 Dec;76(12):1664–9.
  • Pooyania S, Ethans K, Szturm T, Casey A, Perry D. A randomized, double-blinded, crossover pilot study assessing the effect of nabilone on spasticity in persons with spinal cord injury. Arch Phys Med Rehabil. 2010 May;91(5):703–7.
  • Söderpalm AH, Schuster A, de Wit H. Antiemetic efficacy of smoked marijuana: subjective and behavioral effects on nausea induced by syrup of ipecac. Pharmacol Biochem Behav. 2001 Aug;69(3-4):343–50.
  • Parker LA, Rock EM, Limebeer CL. Regulation of nausea and vomiting by cannabinoids. Br J Pharmacol. 2011 Aug;163(7):1411–22.
  • Machado Rocha FC, Stéfano SC, De Cássia Haiek R, Rosa Oliveira LMQ, Da Silveira DX. Therapeutic use of Cannabis sativa on chemotherapy-induced nausea and vomiting among cancer patients: systematic review and meta-analysis. Eur J Cancer Care (Engl). 2008 Sep;17(5):431–43.
  • Tramèr MR, Carroll D, Campbell FA, Reynolds DJM, Moore RA, McQuay HJ. Cannabinoids for control of chemotherapy induced nausea and vomiting: quantitative systematic review. Br Med J. 2001 Jul 7;323(7303):16.
  • Haney M, Rabkin J, Gunderson E, Foltin RW. Dronabinol and marijuana in HIV(+) marijuana smokers: acute effects on caloric intake and mood. Psychopharmacology (Berl). 2005 Aug;181(1):170–8.
  • Haney M, Gunderson EW, Rabkin J, Hart CL, Vosburg SK, Comer SD, et al. Dronabinol and marijuana in HIV-positive marijuana smokers. Caloric intake, mood, and sleep. J Acquir Immune Defic Syndr 1999. 2007 Aug 15;45(5):545–54.
  • Beal JE, Olson R, Lefkowitz L, Laubenstein L, Bellman P, Yangco B, et al. Long-term efficacy and safety of dronabinol for acquired immunodeficiency syndrome-associated anorexia. J Pain Symptom Manage. 1997 Jul;14(1):7–14.
  • Beal JE, Olson R, Laubenstein L, Morales JO, Bellman P, Yangco B, et al. Dronabinol as a treatment for anorexia associated with weight loss in patients with AIDS. J Pain Symptom Manage. 1995 Feb;10(2):89–97.
  • Brisbois TD, Kock IH de, Watanabe SM, Mirhosseini M, Lamoureux DC, Chasen M, et al. Delta-9-tetrahydrocannabinol may palliate altered chemosensory perception in cancer patients: results of a randomized, double-blind, placebo-controlled pilot trial. Ann Oncol. 2011 Feb 22;mdq727.
  • Ekert H, Waters KD, Jurk IH, Mobilia J, Loughnan P. Amelioration of cancer chemotherapy-induced nausea and vomiting by delta-9-tetrahydrocannabinol. Med J Aust. 1979 Dec 15;2(12):657–9.
  • Regelson J, Butler J, Schulz J, Kirk T, Peek L, Green M, et al. Delta-9-tetrahydro­cannabi­nol as an effective antidepressant and appetite-stimulating agent in ad­vanced cancer pa­tients. Pharmacol Mari­hu­ana. 1976;2:763–76.
  • Gouvernement du Canada. Règlement modifiant le Règlement sur l’accès à la marihuana à des fins médicales [Internet]. Gazette du Canada – May 27, 2009. Available from: https://www.gazette.gc.ca/rp-pr/p2/2009/2009-05-27/html/sor-dors142-fra.html
  • Tashkin DP, Shapiro BJ, Lee YE, Harper CE. Effects of smoked marijuana in experimentally induced asthma. Am Rev Respir Dis. 1975 Sep;112(3):377–86.
  • Gong H Jr, Tashkin DP, Simmons MS, Calvarese B, Shapiro BJ. Acute and subacute bronchial effects of oral cannabinoids. Clin Pharmacol Ther. 1984 Jan;35(1):26–32.
  • Hartley JP, Nogrady SG, Seaton A. Bronchodilator effect of delta1-tetrahydrocannabinol. Br J Clin Pharmacol. 1978 Jun;5(6):523–5.
  • Hepler RS, Frank IR. MArihuana smoking and intraocular pressure. JAMA. 1971 Sep 6;217(10):1392–1392.
  • Merritt JC, Crawford WJ, Alexander PC, Anduze AL, Gelbart SS. Effect of marihuana on intraocular and blood pressure in glaucoma. Ophthalmology. 1980 Mar;87(3):222–8.
  • Zhan G-L, Camras CB, Palmberg PF, Toris CB. Effects of marijuana on aqueous humor dynamics in a glaucoma patient. J Glaucoma. 2005 Apr;14(2):175–7.
  • Tashkin DP, Shapiro BJ, Lee YE, Harper CE. Subacute effects of heavy marihuana smoking on pulmonary function in healthy men. N Engl J Med. 1976 Jan 15;294(3):125–9.
  • Müller-Vahl KR, Prevedel H, Theloe K, Kolbe H, Emrich HM, Schneider U. Treatment of Tourette syndrome with delta-9-tetrahydrocannabinol (delta 9-THC): no influence on neuropsychological performance. Neuropsychopharmacol Off Publ Am Coll Neuropsychopharmacol. 2003 Feb;28(2):384–8.
  • Müller-Vahl KR, Schneider U, Prevedel H, Theloe K, Kolbe H, Daldrup T, et al. Delta 9-tetrahydrocannabinol (THC) is effective in the treatment of tics in Tourette syndrome: a 6-week randomized trial. J Clin Psychiatry. 2003 Apr;64(4):459–65.
  • Lahat A, Lang A, Ben-Horin S. Impact of cannabis treatment on the quality of life, weight and clinical disease activity in inflammatory bowel disease patients: a pilot prospective study. Digestion. 2012;85(1):1–8.
  • Naftali T, Lev LB, Yablecovitch D, Yablekovitz D, Half E, Konikoff FM. Treatment of Crohn’s disease with cannabis: an observational study. Isr Med Assoc J IMAJ. 2011 Aug;13(8):455–8.
  • Blake DR, Robson P, Ho M, Jubb RW, McCabe CS. Preliminary assessment of the efficacy, tolerability and safety of a cannabis-based medicine (Sativex) in the treatment of pain caused by rheumatoid arthritis. Rheumatol Oxf Engl. 2006 Jan;45(1):50–2.
  • Schley M, Legler A, Skopp G, Schmelz M, Konrad C, Rukwied R. Delta-9-THC based monotherapy in fibromyalgia patients on experimentally induced pain, axon reflex flare, and pain relief. Curr Med Res Opin. 2006 Jul;22(7):1269–76.
  • Weber J, Schley M, Casutt M, Gerber H, Schuepfer G, Rukwied R, et al. Tetrahydrocannabinol (Delta 9-THC) Treatment in Chronic Central Neuropathic Pain and Fibromyalgia Patients: Results of a Multicenter Survey. Anesthesiol Res Pract [Internet]. 2009 Nov 23 [cited 2014 Mar 1];2009. Available from: https://www.hindawi.com/journals/arp/2009/827290/abs/
  • Ware MA, Wang T, Shapiro S, Robinson A, Ducruet T, Huynh T, et al. Smoked cannabis for chronic neuropathic pain: a randomized controlled trial. Can Med Assoc J J Assoc Medicale Can. 2010 Oct 5;182(14):E694–701.
  • Woolridge E, Barton S, Samuel J, Osorio J, Dougherty A, Holdcroft A. Cannabis use in HIV for pain and other medical symptoms. J Pain Symptom Manage. 2005 Apr;29(4):358–67.
  • Page SA, Verhoef MJ. Medicinal marijuana use: experiences of people with multiple sclerosis. Can Fam Physician Médecin Fam Can. 2006 Jan;52:64–5.
  • LEWEKE F, KOETHE D. Cannabidiol as an antipsychotic. A double-blind, controlled clinical trial on cannabidiol vs. amisulpride in acute schizophrenia. IACM 3rd Conference on Cannabinoids in Medicine. IACM 3rd Conference on Cannabinoids in Medicine; 2005; LIEDEN.
  • Wade DT, Makela P, Robson P, House H, Bateman C. Do cannabis-based medicinal extracts have general or specific effects on symptoms in multiple sclerosis? A double-blind, randomized, placebo-controlled study on 160 patients. Mult Scler Houndmills Basingstoke Engl. 2004 Aug;10(4):434–41.
  • Vaney C, Heinzel-Gutenbrunner M, Jobin P, Tschopp F, Gattlen B, Hagen U, et al. Efficacy, safety and tolerability of an orally administered cannabis extract in the treatment of spasticity in patients with multiple sclerosis: a randomized, double-blind, placebo-controlled, crossover study. Mult Scler Houndmills Basingstoke Engl. 2004 Aug;10(4):417–24.
  • Wade DT, Makela PM, House H, Bateman C, Robson P. Long-term use of a cannabis-based medicine in the treatment of spasticity and other symptoms in multiple sclerosis. Mult Scler Houndmills Basingstoke Engl. 2006 Oct;12(5):639–45.
  • Gouvernement du Canada T publics et S gouvernementaux C. Règlement sur la marihuana à des fins médicales [Internet]. Dec 15, 2012. Available from: https://gazette.gc.ca/rp-pr/p1/2012/2012-12-15/html/reg4-fra.html
  • Anonyme. Medicinal Cannabis, Information for Health Care Professionals,. NEDERLAND: OFFICE OF MEDICINAL CANNABIS, THE NETHERLANDS MINISTRY OF HEALTH WELFARE AND SPORTS.; 2008.
  • Hazekamp A, Heerdink ER. The prevalence and incidence of medicinal cannabis on prescription in The Netherlands. Eur J Clin Pharmacol. 2013 Aug;69(8):1575–80.