Réduire les risques liés à l’usage de chanvre

Reduction des risques Cannabis

Menu de la page :


Avertissement!
Ce contenu est destiné exclusivement aux consommateurs de chanvre (ou cannabis).
Nous rappelons que l’usage de chanvre est puni d’un an de prison et de 3750€ d’amende en France.

Conseils pratiques pour un usage plus sain et plus sûr

Le chanvre contient de nombreux principes actifs comme les cannabinoïdes, les terpènes ou les flavonoides qui agissent sur le système endocannabinoïde (récepteurs CB1 et CB2 répartis dans tous les tissus de l’organisme) mais aussi sur de nombreux autres systèmes.

Bien que les dommages liés au mésusage de « cannabis » soient nettement plus faibles que les dommages liés au mésusage d’alcool selon l’ensemble de la communauté scientifique internationale, ceux-ci existent bel et bien et ne peuvent être négligés.

L’usage de cannabis n’est pas anodin ni dénué de risques et d’effets secondaires indésirables, ces molécules présentent cependant une grande sécurité d’emploi, notamment car elles n’entrainent pas de dépression respiratoire, à la différence des opiacés ou des benzodiazépines.

Les risques sanitaires encourus sont classiquement liés à 3 facteurs :

  • le terrain (âge, antécédents psychiatriques, environnement social),
  • la nature du produit consommé (pureté et concentration en principes actifs)
  • le mode de consommation (cadre, fréquence et mode d’administration).

Usage médical

Sous certaines conditions, l’usage de phytocannabinoïdes et de terpènes peut être bénéfique pour la santé. Les risques de l’usage sur le long terme sont principalement liés à la combustion et ce mode d’administration, bien que très répandu, devrait donc être proscrit, à fortiori en cas d’usage médical. Comme pour tout les autres médicaments, les sujets ayant un usage médical du chanvre devraient consulter un médecin enclin à les conseiller, avant de décider si cela est approprié et sans danger dans leur cas.

Usage non médical

En dépit du risque légal, les usagers adultes consomment le chanvre car ils y trouvent certains bénéfices comme le plaisir, la convivialité, la relaxation, le soulagement des tensions internes, l’appartenance à un groupe. Ils estiment plus ou moins consciemment que ces bénéfices recherchés ou réels sont supérieurs aux risques encourus. L’ivresse cannabique est liée à la fixation du THC sur les récepteurs CB1 cérébraux. 

La consommation de chanvre à visée non médicale peut présenter des risques accrus chez certaines populations plus vulnérables chez qui l’usage devrait être fortement déconseillé, comme celui de l’ensemble des produits addictifs. C’est le cas notamment pour les adolescents, les femmes enceintes ou qui allaitent et les sujets ayant des antécédents cardiovasculaires ou  psychiatriques.

La meilleure façon de pas encourir de risques est de ne pas consommer. Dans le cas où vous décidez de consommer, parlez-en à votre médecin sous couvert du secret professionnel. Vous devez savoir que de nombreux moyens existent pour réduire les risques liés à l’usage de chanvre : 

Maitriser sa consommation et déjouer l’addiction 

  • Consultations Jeunes Consommateurs

    Vous avez moins de 25 ans et vous vous sentez en difficulté avec votre consommation de cannabis? Contactez les Consultations Jeunes Consommateurs (CJC)

    Pour maximiser les bon effets, être abstinent le plus souvent
  • Choisir les moments adaptés pour déguster son chanvre
  • Consommer avec modération et se limiter à 3 prises ou à 1gr de fleurs/résine maximum dans une même journée.
  • Eviter de consommer seul en cas d’usage régulier 
  • En cas d’usage quotidien, planifier régulièrement des périodes d’abstinence d’au moins une semaine et s’interroger sur son usage avant de consommer à nouveau. Pour évaluer le risque de dépendance, il est possible de répondre au questionnaire CAST
  • En cas de problèmes liés à l’usage, en parler à quelqu’un de confiance et à votre médecin
  • En cas d’usage quotidien intense ou depuis plusieurs années, particulièrement sous forme de cigarettes, parler de cette consommation avec un médecin ou un addictologue afin d’éventuellement mettre en place un suivi régulier avec ce dernier

Alors qu’un à deux jours d’arrêt suffisent généralement à supprimer le phénomène de tolérance (augmentation des doses pour obtenir le même effet), une à plusieurs semaines sont généralement nécessaires pour pouvoir prendre du recul avec le produit en cas d’usage quotidien. Une consommation abusive pourrait être définie au-delà de 3 usages dans la même journée par principe. La dépendance concerne en moyenne 8 % des usagers de chanvre. La dépendance psychologique peut s’installer progressivement chez les usagers quotidiens et peut être très forte chez les usagers chroniques constamment sous l’effet du produit (usage > 6 prises par jours ou  à 3 gr de fleurs/résine par jour). Chez l’usager quotidien, l’arrêt de la consommation peut entrainer pendant quelques jours un syndrome de sevrage limité, du type irritabilité, insomnies et sueurs (pic de « craving » entre 2 à 4 jours).

Proscrire le tabac et réduire le risque de dépendance

Substituts de tabac ou pur chanvre?

Thunbergia Laurifolia

Certaines plantes à fumer peuvent servir comme alternative au tabac.

 

  • Utiliser des mélanges de plantes à fumer (bouillon blanc, laitue vireuse…) pour remplacer le tabac, comme c’est le cas dans les coffee-shop aux Pays-bas
  • Consommer les fleurs de chanvre pures en quantités réduites ou les mélanger avec des feuilles moins dosées en principes actifs.

Le tabac contient de la nicotine qui entraîne très fréquemment une dépendance forte et rapide chez la majorité des usagers. Associé au chanvre, le tabac double le risque d’addiction au cannabis. Ce risque pourrait donc être réduit à 4% des usagers si l’on menait une politique volontariste pour changer les pratiques d’usage.

Abandonner le joint et réduire les dommages à long terme

Ingestion ou vaporisation?

  • Vaporiser vos fleurs ou vos concentrés de chanvre avec un appareil prévu à cet effet 
Vaporisateur Arizer Air

L’Arizer Air, un vaporisateur portable avec un bon rapport qualité / prix.

La vaporisation est un mode d’administration à privilégier pour  un usage à moindre risque, avec des effets rapides et une extraction des cannabinoïdes plus efficace que par la combustion. La vaporisation, contrairement à la combustion, ne génère pratiquement aucun produit toxique responsable de cancers et de maladies cardiaques et respiratoires chez les fumeurs. 

  • Cuisiner uniquement à partir de produits dont vous connaissez l’origine et n’ayant pas subi de traitement chimique, afin de ne pas subir une intoxication aigüe liée aux produits adjuvants
  • Par voie orale, consommer toujours de petites quantités pour tester et attendre les premiers effets, soit environ une heure, pour savoir si vous voulez vraiment en ingérer de nouveau.

L’ingestion est un mode d’aministration à privilégier car il réduit considérablement les risques sur le long terme, il nécessite par contre plus de prudence par rapport à son dosage. Les jus de chanvre frais ne sont pas psychoactifs (THC sous forme acide).  Les cannabinoïdes décarboxylés pris par voie orale procurent des effets plus tardifs (1 heure Vs 1 minute) plus longs et plus intenses (8 heures Vs 2 heures). Par rapport à l’inhalation, l’absorption digestive est plus lente et le foie dégrade le THC en 11hydroxy THC, métabolite plus puissant et passant mieux la barrière méningée que le THC.

  • Si vous n’êtes pas résolus à abandonner la combustion, utiliser des pipes bien nettoyées plutôt que de rouler des cigarettes. Éviter les pipes à eau et surtout les bangs et les narguilés
  • Si vous souhaitez rouler vos cigarettes malgré tout, utiliser de préférence des feuilles fines et non-blanchies, produisant moins de goudrons. Rouler avec le collant à l’envers (à la « hollandaise ») pour obtenir moins d’épaisseur de papier 
  • En cas de combustion, ne pas retenir la fumée le plus longtemps possible dans vos poumons.

Le pourcentage de goudrons contenus dans la fumée d’une pipe est diminué par leur condensation sur les parois du foyer. L’utilisation de filtre en coton ne limite pas l’inhalation de produits toxiques car le tirage est en général plus fort par effet de compensation, effet bien connu chez le fumeur de tabac. Les modes d’administration les plus toxiques sont le bang et le narguilé, produisant 5 à 10 fois plus d’hydrocarbures polycycliques que la pipe classique ou le joint. L’inhalation prolongée de fumée n’augmente pas les effets mais elle majore la toxicité et les risques de pneumothorax.

Éviter les effets indésirables et gérer le « bad trip »

Drogues infos services

Un besoin de parler de sa consommation? Drogues Infos Services vous écoute de façon anonyme et vous conseille.

  • Consommer le chanvre dans un cadre sécurisant et dans un contexte adapté 
  • Consommer par petites quantités, surtout si vous ne connaissez pas le produit ou que vous n’êtes pas habitué
  • Si vous vous sentez mal ou très angoissé après avoir consommé du chanvre, trouver un coin calme et aéré pour vous reposer et manger un fruit juteux ou boire une boisson sucrée. Respirer calmement et ne pas paniquer : quelques minutes suffiront généralement pour que vous vous sentiez mieux, parfois après un épisode de vomissement.

L’ivresse cannabique est conditionnée par plusieurs facteurs relatifs au produit, à l’individu et à son environnement. L’effet psychoactif ressenti dépend du ratio THC/CBD, du mode d’administration (ingestion ou inhalation), également de la personnalité de l’usager, de sa fréquence habituelle d’usage (tolérance) et des conditions dans lesquelles il utilise le chanvre (set and setting). Les bad trips ou mauvais délires sont beaucoup plus fréquents chez les néophytes, notamment en cas d’absorption orale (au moins une fois chez 25% des usagers), en cas de ratio THC/CBD élevé, de terrain prédisposant (prise d’antibiotique par exemple) ou d’environnement favorisant (contexte stressant). L’effet psychoactif du chanvre est limité par la présence du cannabidiol (CBD), ce qui explique que le Sativex (THC+CBD) soit nettement mieux toléré que le Marinol (THC pur). 

Réduire les risques sociaux et limiter l’accroissement des dommages.

  • Éviter de conduire un véhicule à moteur sous l’emprise du cannabis
  • Ne jamais consommer d’alcool avec le cannabis si vous devez conduire un véhicule à moteur
  • En cas de dépistage positif par les forces de l’ordre, toujours demander une prise de sang pour connaitre le taux de THC retenu.

Le chanvre seul est retrouvé dans 2,5% des accidents mortels (90 décès annuels). L’usage d’alcool concomittant à celui du cannabis n’additionne pas les risques, il les multiplie. Les tests de dépistage sont incapables de déterminer une emprise incompatible avec la conduite, pas plus que les prises de sang. Cette dernière permet néanmoins d’écarter une emprise incompatible avec la conduite en dessous de 5ng/100ml de THC au vue des données scientifiques actuelles. En France, certaines juridictions requalifient arbitrairement le délit en usage simple en dessous de 1ng/100ml de THC. En cas de résultats discordants sur les taux de THC, cela peut entraîner un abandon des poursuites au bénéfice du doute. 

  • Éviter de s’approvisionner dans des points de vente ou chez des dealers
  • Ne jamais vendre de chanvre car vous risqueriez une lourde amende et jusqu’à 10 ans de prison
  • En cas de culture entre amis, se regrouper en cannabis social club.

Une méthode responsable et efficace pour maîtriser sa consommation et éviter les usages problématiques consiste à se rassembler en cellules d’auto-support et éventuellement gérer la culture contrôlée de quelques plantes destinées à la consommation de chacun, dans le cadre d’une association loi 1901 de type Cannabis Social Club, comme en Espagne, en Belgique ou en Suisse.

  • En cas d’usage régulier, il est conseillé de mettre en place un suivi médical et de demander un certificat à votre médecin, à présenter en cas d’interpellation par les forces de l’ordre ou in « limine litis » en cas de jugement au tribunal correctionnel (au début de l’audience).
  • En cas de comparution au tribunal pour usage dans un cadre médical reconnu, vous pouvez demander à votre avocat de plaider la relaxe en invoquant la nécessité (article 122.7 du code pénal), certificats médicaux à l’appui.

Le fait d’échanger autour de sa consommation avec un médecin offre, au titre de la loi de 1970, une certaine forme de protection juridique par rapport au risque de répression de l’usage ou de la possession de chanvre. 

Consommer du chanvre de qualité et titrer son produit

  • Éviter les produits dont vous ne connaissez pas l’origine, comme ceux issus de l’importation, trop souvent frelatés et nettement plus toxiques
  • Préférer le chanvre produit par des cultivateurs locaux ou s’organiser pour produire votre propre consommation
  • Dans la mesure du possible, faire tester votre produit par chromatographie HPLC afin d’en connaitre précisément la composition en principes actifs.

Une connaissance précise du produit permet de mieux adapter le dosage de votre produit et de le consommer plus sereinement. La résine de chanvre importée en France est souvent coupée avec du henné directement au Maroc, mais elle peut également être adultérée par des produits non végétaux comme la paraffine. Le marché des fleurs s’étant largement développé ces dernières décennies au détriment de celui du hasch d’importation marocaine, des nouveaux produits de coupe adaptés aux fleurs sont apparus pour améliorer l’aspect et augmenter la masse du produit, comme la laque, le sable ou les microbilles de verre. Depuis quelques années circulent des nouvelles drogues « légales » comme les « spices », herbes naturelles pulvérisées de cannabinoïdes de synthèse, ce qui les rend artificiellement psychoactives et peut entrainer des effets indésirables potentiellement graves. 

L’avis du Dr Franjo Grotenhermen 

Dr. Franjo Grotenhermen

Dr. Franjo Grotenhermen

Le Docteur Franjo Grotenhermen est président de l’Association allemande pour le Cannabis Médical ACM (Arbeitsgemein-schaft Cannabis als Medizin) fondée en 1997 et initiateur de l’Association Internationale pour le Cannabis Médical ’IACM (Internationale Arbeitsgemeinschaft Cannabis als Medizin). Chercheur à l’Institut Nova de Cologne (unité «matières premières végétales») et auteur de nombreux articles et ouvrages sur le potentiel thérapeutique du cannabis et des cannabinoïdes, Franjo Grotenhermen est un spécialiste de renommée internationale, conseiller et expert pour tout ce qui concerne les aspects pharmacologiques et toxicologiques des cannabinoïdes. Il est également membre du comité scientifique de relecture du Journal of Cannabis Therapeutics et éditeur de la revue Cannabis and Cannabinoids : Pharmacology, Toxicology and Therapeutic Potentials, publiée en allemand, en anglais et en espagnol, ainsi que de la revue Cannabis, Straßenverkehr und Arbeitswelt (Cannabis, conduite routière et au travail).

Il a établi dès 2001 des recommandations précises pour réduire les risques chez l’usager de chanvre :

  • Pour un usage médical, préconiser l’utilisation de variétés de cannabis à forte teneur en principes actifs ou de concentrés (résine, RSO, BHO)  
  • La prise de chanvre à l’état pur. Parfois, on fume le cannabis mélangé avec du tabac ou d’autres herbes séchées. Il faudrait éviter cette façon de procéder afin de minimiser la quantité de fumée inhalée provenant de la matière végétale brûlée.
  • L’utilisation de pipes. Dans certaines situations, les pipes sont supérieures aux cigarettes parce qu’elles permettent au patient de fumer de petites quantités de cannabis pur de qualité supérieure. Le pourcentage de goudrons contenus dans la fumée est diminué par leur condensation sur les parois de la pipe. Les pipes devraient être nettoyées fréquemment. Les pipes à eau sont moins performantes que les cigarettes et devraient être évitées. 
  • L’utilisation de cannabis sans adultération ni de contamination naturelle. Il ne faudrait récolter et faire sécher à l’air libre que du cannabis exempt de toute maladie. (…)
  • L’utilisation de vaporisateurs qui chauffent le cannabis jusqu’à 180-190°C en amenant le THC sous le point de combustion de la cellulose et d’autres éléments végétaux, réduisant la production d’hydrocarbures polycycliques.
  • L’association entre prise orale et inhalation. Dans certaines indications et pour réduire les risques liés à la fumée ou ceux d’un possible surdosage en cas d’administration orale, il peut s’avérer utile, sur le plan thérapeutique, de combiner un régime de base utilisant du cannabis ou du THC pris par voie orale avec des inhalations surajoutées à la demande.

L’avis des usagers à travers les résultats de la Global Drug Survey (GDS)

Global Drug SurveyConsulter le High Way Code spécifique au Cannabis ]

Le « High Way Code » ou plus littéralement « code de conduite de l’usager » est le résultat d’une étude qui développée et mise en place par la Global Drug Survey.

Usagers, prenez part à l’étude #GDS2016

 Références bibliographiques : 
  • Grotenhermen F. : Cannabis en médecine
  • Grotenhermen F. : Harm reduction associated with inhalation and oral administration of cannabis and THC. Journal of Cannabis Therapeutics 2001, in press.