Mambo Social Club perquisitionné en Belgique.

COMMUNIQUÉ DE PRESSE DU MAMBO SOCIAL CLUB.

 

Hasselt, 21/12/13.

Le 18 décembre, la police belge a saisi la totalité d’une récolte et 27 plants de cannabis en terre appartenant aux membres du Mambo Social Club. Les membres du bureau et les membres du club sont très choqués par cette intervention. Pour le Président Michel Degens :  » Le procureur préfère que les consommateurs et les patients achètent leur cannabis au marché noir plutôt que dans une association transparente et sans but lucratif. »

L’intervention policière a eu lieu peu de temps avant la distribution de la récolte du Mambo Social Club à « Borrelhuis »en Hasselt. Le Président Michel Degens a été arrêté par la police alors qu’il se rendait à la réunion. Dans sa voiture ils ont trouvé 60 plantes cultivées légalement pour le même nombre de membres, représentant un total de 1100 grammes. Il y eut ensuite une perquisition et dans un des espaces de culture 27 autres plantes ont été saisies. Elles étaient toutes identifiées par les cartes d’identité des membres de l’association.

Le Mambo Social Club a été fondé en avril 2013, créé à Limbourg et issu de « Trekt Uw Plant » à Anvers. L’association produit du cannabis 100% écologique pour ses membres, en accord avec la Directive Ministérielle de 2005 qui stipule que la possession de 3 grammes de cannabis et/ou d’une plante par personne adulte ne serait pas poursuivie sauf en cas de préjudices publics ou de circonstances aggravantes. Grâce à une méthode transparente et biologiquement saine les membres du Mambo Social Club sont sûrs de la qualité et de la pureté de leur cannabis et n’ont pas besoin d’aller s’approvisionner sur le marché illégal. Certains membres sont consommateurs pour des raisons médicales,pour ceux-là en particulier l’intervention policière porte un coup démesuré.

Selon Le Président Michel Degens : « Ils espéraient pouvoir passer ces quelques jours fériés sans douleurs. Comme tous les membres ils ont attendu pendant trois mois le cannabis que le club allait leur fournir. Maintenant nous ne pouvons que les décevoir. » Degens a rendu hommage au professionnalisme de la police locale qui a agit avec respect. Il n’a été détenu à aucun moment. « Le procureur ne le veut pas dans ses pieds a dit l’un de dix agents qui ont nettoyé la salle de culture. Cela veut dire que le procureur préfère que les consommateurs et les patients achètent leur cannabis au marché noir et non pas dans une association transparente et sans but lucratif ».

Degens envisage avec confiance le procès qui aura lieu inévitablement : » La directive est claire et Mambo y adhère à cent pour cent. Une copie de la carte d’identité et une déclaration de propriété sont accrochées à chaque plante. Trekt Uw Plant a bénéficié deux fois d’un non-lieu. Chaque fois les juges ont reconnu que les Cannabis Social Clubs ne sont pas des organisations criminelles, mais sont plutôt une alternative saine et sûre au milieu criminel. »

L’écrivain nord américain Doug Fine vient de participer à une tournée en Europe organisée par le Mambo Social Club. Il écrit : « Michel Degens cherche à montrer à ses compatriotes belges ce que peut être une légalisation responsable et sûre du cannabis, il a contacté la police locale et a mis en marche un club basé sur la directive d’une plante par personne, directive qui a été adoptée en Belgique.

Et sur celui-ci il explique sous quelle forme il s’est introduit lors d’une manifestation au Royaume Uni le mois dernier.

Michel est tout simplement un type gentil, merveilleux et sympathique. Son club porte le nom de son chien, Mambo. Comme les paysans de Mendecino décrits dans « Too High to Fail », Mich est un travailleur de première classe, un être humain qui ne veut tout simplement pas être un criminel pour avoir choisi une alternative plus sûre et plus responsable que l’alcool. Le Mambo Social Club a une liste d’attente de plusieurs centaines de personnes alors que Michel cherche la manière de cultiver seulement pour les 80 membres d’aujourd’hui, dont une des priorités est d’assurer les principes de culture écologiques. La Belgique compte actuellement deux autres clubs sociaux. Y en aura-t-il des centaines quand la prohibition finira par reconnaître que les belges aiment le cannabis tout autant que le reste du monde ? Seulement ils le mélangent avec du chocolat extrêmement bon et des gaufres encore meilleures.

Michel apparaît dans la version belge de 60 minutes récemment, vous pouvez le voir (si vous comprenez le flamand) ici :

[youtube width= »600″ height= »365″ video_id= »dq5aEYyXV5Y »]

S’il vous plaît faites tout ce qu’il vous est possible pour diffuser l’information sur les efforts de Michel et pour l’aider. C’est un soldat pour la Paix des Drogues qui lutte sur le front européen. Aidons-le à supporter ce contre-temps. Son mail est : micheldegens@telenet.be.

Merci

Doug Fine

 

 

Mambo Social Club perquisitionné en Belgique. https://t.co/3h4iIAuiKz

— Chanvre & Libertés (@ChanvreLibertes) 22 Décembre 2013

 

1 commentaire

Flux Rss

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *