Un tournant radical de la politique des drogues en Europe ?

BULLETIN d’ENCOD sur la POLITIQUE DES DROGUES en EUROPE

MARS 2014

UN TOURNANT RADICAL DE LA POLITIQUE DES DROGUES EN EUROPE ?

LOGO_ENCOD_NEWLa campagne d’ENCOD durant la session annuelle de la Commission des Stupéfiants de l’ONU à Vienne en mars est un de nos projets les plus importants de l’année 2014. Il y aura un centre de presse alternative à Vienne. Des membres d’ENCOD planteront des boutures de cannabis à l’extérieur de l’édifice de l’ONU pendant qu’une délégation de 5 personnes participera au débat à l’intérieur. Il y aura aussi des renifleurs de café…

 

Par de nombreux aspects la Commission des Stupéfiants de l’ONU est à l’origine des malheurs causés par la prohibition des drogues. Les trois Traités de l’ONU sur les drogues (1961, 1971 et 1988) limitent sévèrement les états membres dans le développement de politiques des drogues qui ne se baseraient pas sur la répression et la criminalisation. Mais  » le Mur de Berlin de la prohibition des drogues  » commence à se fissurer, grâce à des pays courageux comme l’Uruguay et la Bolivie, et quelques états américains comme le Colorado et Washington. La Bolivie a légalisé l’usage traditionnel de la feuille de coca, les autres territoires mentionnés ont légalisé le cannabis. Avec ou sans l’autorisation de l’ONU.

L’année 2014 pourrait être une année charnière, beaucoup de pays observant de très près l’Uruguay et les États-Unis. À l’intérieur des États-Unis cet effet dominant est très visible. Toute une série d’états est en train de planifier des référendums pour légaliser le cannabis, que ce soit pour l’usage médical ou récréatif.

Le débat sur l’échec de la guerre aux drogues prend de l’ampleur dans presque tous les pays européens et sud-américains . La 57ème session de la Commission des Stupéfiants de l’ONU du mois prochain, contrairement aux autres sessions, laisse présager un intérêt particulier, compte tenu qu’elle doit apporter une réponse à ces événements. Comme l’explique le président d’ENCOD Janko Belin :  » La Commission de l’ONU ne peut continuer ainsi. Cette année est différente. Nous avons besoin de changements réels et maintenant. »

ENCOD prépare plusieurs actions à Vienne. Tout d’abord, en arrivant au centre de l’ONU, les délégués gouvernementaux seront salués par les  » Kaffeeschnüffler  » (« les renifleurs de café »). Ces renifleurs appartenaient à un groupe d’environ 400 vétérans handicapés de l’armée, employés par le roi de Prusse Frédéric le Grand durant la deuxième moitié du XVIIIème siècle. Leur travail consistait à faire respecter la prohibition de la torréfaction des grains de café, boisson illégale à cette époque. Ils se déplaçaient en ville pour sentir si des gens étaient en train de torréfier ou de préparer du café pour qu’ils soient arrêtés et mis en prison.

Le roi de Prusse ne fut pas le premier à prendre ce genre de mesures : dans le courant du Moyen-Âge le café était interdit par les autorités musulmanes, chrétiennes et juives qui avaient peur de son effet psycho-actif. Le café était considéré comme un stimulant pour esprits rebelles. La vrai raison du roi Frédéric était surtout économique, étant donné que son pays qui ne possédait pas de colonie productrice de café était obligé de l’importer à prix d’or. Cependant lui-même aimait beaucoup le café et finalement cette mesure fut abolie.

Étant donné que tous les délégués à l’ONU seront probablement en train de boire un café ils se rendront compte de l’ironie. En même temps, quelques membres d’ENCOD planteront des boutures de cannabis en face de l’édifice de l’ONU pendant qu’une délégation de 5 personnes participera aux débats à l’intérieur.

La délégation sera constituée de Chakib El Khayari, un activiste des Droits Humains et porte-parole du mouvement pour la légalisation du chanvre au Maroc, l’écrivain Nord-américain Noug Fine (’Hemp Bound’, ’Too High To Fail : Cannabis and the New Green Economic Revolution’), Dionisio Nuñez, ex vice ministre de la feuille de coca de Bolivie, le président d’ENCOD Janko Belin et son coordinateur Joep Oomen. Le vendredi 14 mars, l’un d’entre eux prononcera un discours de 3 minutes à l’assemblée plénière sur le thème « Mesures pour lutter contre le blanchiment d’argent et pour l’augmentation de la coopération judiciaire internationale ».

Mais la présence d’ENCOD à Vienne a pour objectif principal d’informer le monde, en direct, précisément sur ce qui s’y passe. Pour cela, une équipe de journalistes travaillera jour et nuit pour réaliser des interviews avec des délégués et élaborer des comptes-rendus de la réunion de la Commission. Chaque nuit des 13, 14 et 15 mars un centre de presse alternative sera mis en place à Vienne. Il informera sur les procédés et produira des notes de presse, des interviews et des communiqués et diffusera tout en direct sur Twitter.

Par conséquent, soyez attentifs au site d’ENCOD en mars et diffusez les vidéos Youtube et toute information disponible.

La prohibition de substances et de plantes que des gens souhaitent consommer est une idée complètement erronée. Le grand philosophe l’avait déjà compris quand il écrivit ces lignes il y a environ 350 ans :

 » Toutes les lois qui peuvent être violées sans faire de mal à quiconque seront ridiculisées. Elles sont si loin de contribuer au contrôle des désirs et de la passion des hommes, qu’au contraire, elles incitent et orientent les pensées des hommes justement vers ces objectifs ; parce que nous allons toujours vers l’interdit et désirons des choses que l’on ne nous laisse pas posséder. Celui qui essaie de tout gérer par la loi augmentera le crime au lieu de le réduire. De plus, ceux qui recherchent le plaisir ne manquent jamais d’imagination pour défier les lois qui régulent des choses qui ne peuvent être interdites entièrement. »

Par Derrick Bergman

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *