BULLETIN ENCOD 12/2013 : ACCÉLÉRER L’INÉVITABLE

ENCOD (European Ngo Council On Drugs) est une ONG réunissant, depuis bientôt 20 ans, plus de 150 organisations européennes autour de son manifeste pour des politiques des drogues justes et efficaces.

Tous les mois, ils éditent un bulletin sur les actualités en Europe. Celui de décembre nous a paru particulièrement intéressant pour comprendre le tournant dans lequel nous nous trouvons.

.

BULLETIN ENCOD SUR LES POLITIQUES DES DROGUES EN EUROPE

DÉCEMBRE 2013

ACCÉLÉRER L’INÉVITABLE


Ces trois derniers mois ont été très laborieux pour Encod : de septembre à novembre nous avons été présents aux foires du cannabis en Espagne, en Autriche, en République Tchèque et à la High Times Cannabis Cup d’Amsterdam, comme participant à la campagne « Aidez-nous à en finir avec la guerre aux drogues« .

La campagne a été un bon moyen pour prendre contact avec les activistes qui luttent pour la réforme des lois sur les drogues dans toute l’Europe et au-delà, et diffuser notre message auprès d’un grand nombre d’entreprises et de citoyens. En quelques mots : maintenant, alors qu’il semblerait que la guerre aux drogues touche à sa fin, nous devons nous assurer que les nouvelles formes de régulation ou de légalisation des drogues s’appuieront en premier lieu sur l’intérêt des citoyens. Concernant le cannabis, la liberté de cultiver doit faire partie de toute forme de régulation. Le droit de cultiver sa propre plante empêchera que des entreprises ou des gouvernements développent un monopole de production. C’est une grande nouvelle que le gouvernement d’Uruguay ait inclus le droit de cultiver un nombre limité de plantes de cannabis dans ses nouvelles lois.

Lors de l’Expo Grow à Irun au mois de septembre dernier, Julio Calzada, Directeur du Bureau National des Drogues d’Uruguay, a présenté la nouvelle loi novatrice sur le cannabis. À la question du pourquoi limiter la consommation à 40 grammes de cannabis par mois, il a expliqué que les consommateurs pour usage médical auront la possibilité d’obtenir une quantité plus importante s’ils en ont besoin. Il a ajouté que la limite de 40 grammes pour un usage non médical était pour éviter que les uruguayens « ne passent leur temps à se regarder le nombril fixement ». Quelques semaines plus tard Calzada a annoncé que le cannabis légal serait vendu 1dollar usd le gramme. Et comme l’a informé le journal britannique The Guardian, « l’Uruguay sera le premier pays ou non seulement le cannabis deviendra légal mais aussi, avec un prix de 1usd le gramme, il sera probablement le pays où la marihuana est la moins chère du monde ».

Cannafest à Prague a donné l’occasion d’en apprendre un peu plus sur la révolution du cannabis aux États-Unis. Steve d’Angelo, qui fut l’un des intervenants, est directeur exécutif du plus grand dispensaire de cannabis du monde, l’Harborside Health Center en Californie. Dans son discours il a mis l’accent sur le fait que la légalisation du cannabis est inévitable, et il a posé une série de questions intéressantes : « Il n’est plus question de savoir si cela va se faire ni quand cela va se faire, ce processus est déjà en marche aux États-Unis. La question est de savoir à quoi va ressembler l’industrie du cannabis. Comment allons-nous présenter le cannabis ? Comment allons-nous le commercialiser ? Comment allons-nous expliquer aux enfants ce qu’est le cannabis ? Que sera un usage responsable du cannabis ? A quel type d’organisations devons-nous donner des licences pour la vente et comment devront-ils le vendre ? Comment doit-il être cultivé et où ? Quel type de contrôle doit-on mettre en place ? Quel conditionnement, quel étiquetage ? Doit-il être analysé et en quoi doit-il l’être ? Devra-t-il être cultivé de façon écologique ? Qu’est-ce que tout cela signifie ? Toutes ces questions sont en train d’être résolues. Nous assistons à la naissance d’une nouvelle industrie totalement légale aux États-Unis ».

Un autre intervenant des États-Unis, Doug Fine, auteur du livre incontournable « Too High To Fail : Le Cannabis et la Nouvelle Révolution Économique Verte », a commencé à la Cannafest une tournée de trois semaines en Europe. Lui aussi est convaincu que la prohibition du cannabis appartiendra au passé d’ici cinq ans. « Nous ne pouvons plus soutenir cette idiotie d’interventions policières pour éradiquer une plante qui est plus sûre que l’alcool », dit-il au public à Prague. Fine porte son message d’une prochaine ère de paix des drogues dans cinq pays, intervenant dans neuf manifestations en République Tchèque, en Angleterre, en Irlande, en Belgique et aux Pays-Bas. Parlant des reculs en Europe comme, par exemple, la répression sur les growshops en République Tchèque la semaine précédant la Cannafest, il dit que ce sont des exemples « des guerriers anti-drogues qui posent des mines dans le port avant de se retirer ». En d’autres mots, ce sont les dernières mesures désespérées de politiciens et d’autorités judiciaires qui savent qu’ils ont perdu la guerre contre les drogues, mais ils essaient d’occasionner le plus possible de retard et de créer un maximum de problèmes.

Pour l’Europe les énormes changements aux États-Unis et en Uruguay sont une bonne nouvelle pour un tas de raisons. Premièrement, ils prouvent que la régulation, et même la légalisation est possible malgré les traités internationaux sur les drogues. Et deuxièmement, si on compare avec la prohibition, ces changements démontrent que la régulation des drogues illégales donne de meilleurs résultats à tous les niveaux. Et pour finir, et ce n’est pas le moins important, les États-Unis ne sont plus la « brute » de la politique internationale des drogues. Comme l’a dit Doug Fine : « Nous avons commencé la guerre aux drogues, j’en suis désolé, mais au moins nous sommes en train d’y mettre fin désormais ». Nous avons vu que le débat sur le cannabis devenait de plus en plus vif en Belgique, au Royaume Uni et aux Pays-Bas récemment, avec de plus en plus de scientifiques, de professionnels de la santé et de politiciens (locaux) qui soutiennent activement la régulation ou la légalisation.

Lors de la réunion d’Encod au Parlement Européen le 6 décembre, des activistes de toute l’Europe discuteront de la campagne pour les élections européennes au mois de mai de l’année prochaine. Nous préparerons aussi l’action d’Encod à l’UNODC à Vienne en mars 2014. Si nous voulons accélérer l’inévitable fin de la guerre contre les drogues, nous avons besoin d’une organisation saine et grandissante. Ainsi si vous n’êtes pas encore membre d’Encod, vous pouvez pensez à y adhérer. Si vous êtes déjà membres vous pouvez convaincre des amis ou des collègues de travail. Ensemble on peut mettre un terme à la guerre aux drogues et travailler en faveur de politiques des drogues justes et efficaces en Europe.

Par Derrick Bergman

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *