Cannabis industriel

Feuille de chanvre

Menu de la page :

Le chanvre sous sa forme dite « industrielle »

Rappel historique

Originaire d’Asie, le chanvre (Cannabis sativa L.) s’est répandu en Europe et en Afrique à partir du Néolithique. Cueilli, ou cultivé par les hommes pour la résistante de ses fibres et sa polyvalence unique au monde : cordages, textiles, papier, aliment, huile d’éclairage, médecine, etc., le chanvre, véritable fil conducteur de l’évolution des hommes, sous ses différents aspects, a clairement favorisé, voire déterminé l’essor de nos civilisations.

Vaisseau 3 mats

Voiles de vaisseaux, cordages, calfatages : sans le chanvre, pas de nouveau monde!

Indispensable dans la marine : le calfatage, les cordes et voiles des navires d’antan étaient composés à 90% de Cannabis sativa imputrescible. Cette plante a ainsi permis de façon magistrale à l’exploration des nouveaux mondes. Jacques Cartier, navigateur & explorateur qui découvrit les terres du Canada en 1535, était d’ailleurs, de son métier, exploitant de chanvre.

Le papier, inventé sous sa forme économique en l’an 105 par le chinois Cai-Lun, était essentiellement composé de chanvre ou de lin jusqu’en 1850 (avant l’avènement du coton et de la pâte de bois). Cette technique a permis l’évolution, le partage et même la sauvegarde de toute la mémoire écrite de l’humanité, subsistant encore dans les très vieux livres de nos bibliothèques. Le papier-bible et le papier à cigarette, très fins, sont spécifiquement conçus en fibre de chanvre.

Cueillette du Chanvre en bord de Rhin - 1860

Cueillette du Chanvre en bord de Rhin – 1860

A partir des années 60, le chanvre dit « industriel » fut relancé grâce à des sélections ne dépassant pas 0,3% de THC (la principale molécule psycho-active). Les propriétés des fibres de chanvre constituent à nouveau aujourd’hui, des alternatives écologiques : papier, tissus, cordages, litières, isolation sonore et thermique, combustibles, biocarburant, plastique végétal, béton de chanvre.  

Repère sur la production agricole :

Les transformations de base : 

Chaque année, un hectare de chanvre  dit « cultivé », « agricole », « d’œuvre » – ou  encore « d’ouvrage » et ce sur une terre sans labour (même si c’est encore loin d’être une généralité), sans irrigation particulière, sans utilisation de pesticides, insecticides ou fongicides, permet de produire en moyenne :

culture de chanvre

Culture de chanvre à fibre

10 tonnes de matières sèches dont

  • 6 à 8 tonnes de paille
    • Dont 2 à 3 tonnes de fibres (2 à 3 fois plus que le coton). 
      De quoi confectionner 6000 chemises, ou produire 4 fois plus de pâte à papier que son concurrent le bois.
    • Dont 3,5 à 5 tonnes de chènevotte
      Pour la confection de béton chanvre et chaux, sur chantier ou en blocs et aussi
      pour rélaiser des paillages pour animaux ( chevaux, pets…) ou végétaux (mulching). 

    • 0,5 tonne de poudre de chanvre 
      (déchets de défibrage) Pour la confection de granulés, briquettes, compost organique, litières…

  • + de 800 kg de graines (ou « chènevis »)
    Permettant de produire jusqu’à 200l d’huile comestible et 300l de biodiesel ainsi que du tourteaux pour le bétail.
  • ou bien 1 tonne de feuilles et fleurs 
    Pouvant contenir du cannabidiol (CBD), sans THC, pour un usage médical sans aucun effet secondaire.
  • 1,5 tonne de poudre de chanvre (ou « chènevotte »)
    Pour la confection de granulés, briquettes, compost organique, litières… 

Note : Ces chiffres sont basés sur les rendements moyens de différentes variétés agricoles autorisées et peuvent varier selon le type de production mise en place pour le type de produit final désirés (fibre, graines, fleurs, etc.). 

Le chanvre peut se cultiver sur des terres en jachère, indépendamment des cultures vivrières alimentaires, sans pesticides, insecticides, fongicides, ce qui fait sa différence avec les autres plantes riches en biomasse (colza, maïs. etc.). Il faudra néanmoins utiliser 200 kg d’azote (fertilisant), soit 2 fois moins que le blé par hectare, pour en optimiser les rendements.

La culture du chanvre nécessite en moyenne, chaque année, entre 2000 et 6000 m3 de litres d’eau par hectare (2 fois moins que le maïs).

Usage alimentaire :

Graines de chanvre

Graines de chanvre non décortiquées

Très connue par la communauté vegan, la graine de chanvre ou chènevis, est parmi les graines championnes sur le plan des apports nutritifs. Excellente source de protéines, elle contient presque tous les acides aminés essentiels pour l’alimentation des humains et des animaux.

En plus d’être sans gluten, elle fournit jusqu’à 50% de protéines en plus que le fromage ou le poisson. Sans effet psycho-actif possible, la graine de chanvre est un aliment peu gras et très complet qui conviendra parfaitement pour contrecarrer des carences de régimes trop restrictifs.

Les 800 kg de graines pouvant être produite à l’hectare, une fois pressées produisent :

  • 200l d’huile végétale : l’huile de chanvre offre un dosage idéal des acides gras insaturés (omégas 3, 6) lui conférant des vertus cardio-protectrices, (une variété de chanvre turc, très productive, délivre environ 1000  litres d’huile oléagineuse à l’hectare, à comparer aux 1100 litres du colza OGM).
  • 600Kg de tourteaux, sous-produit d’extraits d’huile, très riche en protéines végétales essentielles, parfaite pour l’alimentation du bétail. Un hectare produit assez de chanvre fourrager pour nourrir une douzaines de vaches laitières par mois.

Usage dans la cosmétique et le médical :

  • Jusqu’à 20 litres d’huiles essentielles (à partir de la plante entière).
  • Jusqu’à 1 tonne de composés floraux (chargés en CBD ou THC, etc.)
  • Jusqu’à 50 kg de résine (issue de la transformation)

L’huile végétale de chanvre utilisée en cuisine, possède également des propriétés cosmétiques : non grasse, elle offre une action apaisante et nourrissante en massage sur la peau. Utilisé en savon, peut traiter les lésions psoriasiques ou les neurodermites.

De très nombreux rapports scientifiques ont démontré une efficacité du chanvre cultivé à cet effet pour lutter contre certains cancers, traiter la sclérose en plaque, la maladie de Parkinson, d’Alzheimer, l’asthme, le diabète, etc. Reportez vous sur notre portail Santé pour plus d’infos sur les propriétés médicales du chanvre.

Usage en construction & isolation :

Quelques exemples d’utilisations durables du chanvre dans la construction : 

Parpaing chanvre

Parpaing de chanvre « Chanvribloc »

La chènevotte, matière ligneuse issue de la tige du chanvre et coproduit de transformation du chanvre agricole permet par exemple de construire une maison de 120 m2, constituée de murs en briques de béton de chanvre et chaux avec seulement 5 tonnes de chènevotte (Source Chanvribloc).

Des fibres de la tige du chanvre produisent la filasse – utilisée par les plombiers, mais aussi dans le calfatage ou le tissage – utilisée pour confectionner de la laine de chanvre pour l’isolation phonique et thermique (jusqu’à 100m3 d’isolant ignifugée avec 3,5 tonnes de laine). 

En plus de construire de façon durable avec ce matériau écologique, il faut surtout souligner que l’utilisation du chanvre dans la construction permet de bâtir sa maison avec un bilan carbone négatif.

Usage énergétique :  

Toujours avec notre hectare de chanvre, voici ce que l’on peut espérer en tirer en énergie propre :

  • Entre 3500 et 10 000 litres de méthanol / éthanol, pouvant provenir de la biomasse de la plante (Pour comparaison : un hectare de betterave produit 7500 litres d’éthanol, le blé n’en fournissant que 3750 litres).
  • 300 litres de biodiesel, directement tirés de l’huile des graines.
  • 3000 kWh d’énergie électrique : les briquettes ou pellets de chanvre peuvent servir pour le chauffage, cette énergie tirée de la bio masse du chanvre est capable d’alimenter des chaudières poly-combustibles industrielles (par méthanisation industrielle ou agricole).

Usage transformé – BioMatériaux : 

Quelques multiples exemples d’utilisations innovantes voire de simples juste retours à l’utilisation de cette matière première encore trop sous-estimée par nos sociétés modernes :

  • Textile & Bioplasturgie : La fibre de chanvre est un très bon tissu tendant à éviter la propagation des infections nosocomiales, dont les propriétés bactéricides ont été promues récemment auprès de l’armée américaine par la compagnie EnviroTextile, basée au Colorado.
  • Alternative au graphène : 1000 fois moins cher à produire, une technologie développée au Canada en 2016 par le Mitlin Group utilise des fibres de chanvre en guise de supraconducteurs (Source EN).
  • Meilleur filament pour imprimante 3D : Kanesis est un nouveau matériau pour imprimante 3D à base de chanvre inventé par Giovanni Milazzo et Antonio Caruso pour produire toutes sortes de créations 3D durables et respectueuses de l’environnement. (Source EN)
  • Carrosserie et tableaux de bord automobiles : Après les portes de la Peugeot 308, APM fournit la matière première de la planche de bord de la Giulia d’Alfa Roméo et de la nouvelle Renault Mégane, traitées par Eurochanvre, filiale de la coopérative Interval qui cultive 2.000 hectares de chanvre industriel en Bourgogne Franche-Comté. Rappelons qu’en 1941 Henry Ford utilisait déjà le chanvre pour la carrosserie de la HempCar, sa voiture prototype qui roulait aussi au bio-diesel de chanvre.

Aspects éco-durables du chanvre 

Dans la lutte contre le réchauffement climatique :

Un hectare de chanvre capte de 10 à 15 tonnes de CO2 dans l’atmosphère par an, qu’il transformera en 20 tonnes de biomasse fraiche par récolte (bilan carbone négatif). Par photosynthèse, le chanvre produit comparativement cinq fois plus d’oxygène qu’un arbre de la forêt équatoriale.

Dans la lutte contre la pollution (phytoremédiation) :

Plante hyper-accumulatrice, super aspirateur à nitrates, le chanvre, grâce à ses racines profondes et ramifiées, améliore la structure des sols et favorise la fertilisation organique. Ce drainage optimise la capacité hydrique de nos terres et les protège de l’hydromorphie (saturation en eau).

Sa capacité à absorber les éléments pathogènes, les métaux lourds comme le cuivre, le plomb, le zinc, le cadmium, est en effet unique au monde. Plusieurs rapports démontrent l’intérêt de la culture du chanvre, deux fois plus assainissante que les autres cultures testées dans les zones polluées (Source).

Dans la décontamination des sols irradiés :

Chanvre anti-nucléaireLe « cannabis » cultivé à Tchernobyl par l’entreprise américaine Phytotech et l’Institute of Bast Crop d’Ukraine a permis la purification à 80% des parcelles irradiées dans les zones testées. La récolte produite est transformée en éthanol. Slavik Dushenkov, chercheur à Phytotech : « Le chanvre présente les  meilleurs taux de capacité de bioaccumulation des polluants radioactifs, permettant ainsi de nettoyer les terres contaminées à proximité de la centrale nucléaire de Tchernobyl ».

Le Dr Ilya Raskin de l’Agence Internationale de l’Énergie Atomique estime que le chanvre a, beaucoup plus que n’importe quelle autre plante, la capacité de dépollution des sols irradiés. Selon une étude menée en 2011 sur des variétés de chanvre chinois, de nombreuses variétés de chanvre ont la capacité d’absorber et d’accumuler de très grandes quantités du cadmium présent dans le sol sans risque pour la plante elle-même. Préconisé à Fukushima, le chanvre ne peut être cultivé que sous licence avec des critères stricts et restrictifs, en raison de la loi sur le contrôle du cannabis imposée au Japon par les forces d’occupation américaines en 1948.

Eric Quemeneur, le directeur des Sciences du vivant au Commissariat à l’Énergie Atomique (CEA), précisait en 2012 : « A Tchernobyl, il n’y avait pas d’urgence à restaurer les sols, car il n’y avait pas d’enjeu maraîcher. Alors qu’autour de Fukushima, chaque mètre carré de terre agricole situé dans la zone d’exclusion est précieux.»

Chanvre et chrétienté

Rouissage chanvre Rhin

Rouissage du Chanvre, Rhin – 1860

Dans toute l’institution catholique, environ jusqu’en 1950, les cordes pour sonner les cloches, les cordes à 3 noeuds autour de la taille des Franciscains (symbolisant les voeux), les alpargates des nonnes (sandales), les draps, chemises, cordages (cordeliers) et bibles se confectionnaient quasi exclusivement en chanvre. 

La célèbre religieuse bénédictine allemande Hildegarde de Bingen (1098-1179) cultivait du chanvre dans les jardins de son monastère. Médecin, elle en conseillait l’usage dans ses écrits, pour soulager la phlébite (caillots de sang), les nausées (propriété antiémétique) et contre les douleurs d’estomac :

« Le chanvre est chaud, et il pousse quand l’air n’est ni trop froid ni trop chaud, telle est sa nature. Sa graine contient la santé. »

Informations complémentaires : 

Des semences hautement contrôlées : 

Il reste interdit de replanter des graines issues de la culture de chanvre industriel (les semences doivent être acquises auprès de semenciers certifiés pour toutes futures récoltes). En effet, selon les conditions de cultures et avec l’acclimatation de la précédente génération, le taux de THC augmenterait naturellement et progressivement d’une récolte à l’autre (dépassant le seuil fatidique des 0,2% autorisés).

La culture interdite sous les tropiques :

Chanvre Tropical

Sommités florales fortement titrées en THC dans un environnement tropical

Il est important de préciser que les variétés de chanvre autorisées en agriculture par le cadre légal Européen actuel sont inexploitables légalement sous les tropiques (le taux de THC augmentant naturellement avec le climat et une ensoleillement tropical ferai rapidement dépasser à la plante le seuil de THC autorisé). 

Pourtant, le cannabis sativa traditionnel autrefois appelé « utile » et naturellement chargé en THC, aurait jusqu’à 6 fois plus de rendement sous ces latitudes : 3 récoltes annuelles et 2 fois plus de biomasse (certaines variétés atteignant jusqu’à 6m de haut), en comparaison avec nos variétés de chanvre industriel (3m de haut et 1 seule récolte par an). Il est malheureusement toujours classifié comme substance classée sous contrôle international de nos jours.

Des cannabiculteurs prévoyants :

Les variétés de chanvre récréatives faussement appelés « chanvre indien » peuvent perdre la plupart de leur principe psycho-actif (diminution du taux de THC) si elles sont croisées avec des variétés dites « industrielles ». La pollinisation pouvant avoir lieu jusqu’à 30 km, cela incite certains cultivateurs passionnés à conserver leurs meilleures variétés en intérieur, à l’abri de tout croisement accidentel.

Pour aller plus loin : 

Page écrite en collaboration avec Alexis Chanebau,
auteur du livre « Le chanvre: du rêve aux 1000 utilités » disponible sur notre boutique